01 - Le magazine littéraire
   02 - Passeport... les étoiles
   03 - A suivre
   04 - Le Soir
   05 - Fiction

   06 - Lire
   07 - L'étudiant
   08 - Science et Avenir
   09 - Nice Matin
   10 - Le figaro littéraire

   
   
 
 
   

...
par Joëlle Wintrebert
A suivre, janvier 1988.


Comme petit présent de Noël, certains auteurs Denoël, ex-poulains d'Elisabeth Gille (à qui d'ailleurs cette anthologie est dédiée) nous ont fait un beau paquet cadeau. L'emballage est attrayant, avec sa signature collective et le refus d'une signature individuelle des nouvelles. Tout excité, le lecteur déballe l'objet... pour trouver un nouveau papier-cadeau, et encore un autre, et un autre, quatorze en tout, rutilants, lisses, brillant de toutes leurs perles et de tous leurs lamés, mais dissimulant quoi ? Des joyaux froids superbement ciselés, que le lecteur regarde sans pouvoir emporter, réduit à la seule jouissance de ce petit jeu : "cherchez l'auteur".
Qu'est-ce donc que Limite? La création d'un mouvement littéraire? L'étiquette serait pratique si elle n'était récusée par certains des acteurs du groupe. Limite est en tout cas un ensemble d'individualités réunies par le désir de faire sauter la fameuse barrière qui opposerait une para-littérature à la littérature dite générale.
Périlleux projet. Si l'on considère que la SF est avant tout une littérature d'idées, force est de se demander : le groupe Limite écrit-il encore de la SF ? Si cette nouvelle géniale qu'est Le point de vue de la cafetière s'y rattache avec une belle évidence, Dernier repas cannibale, non moins admirable, s'en détache avec tout autant d'évidence. Ultime nouvelle du recueil, elle lui donne son point d'orgue, qui invite pour le moins à la réflexion: "Reste ces avenues de mots vides, tirés au cordeau. Le havre rhétorique (un port, bien sûr, mais nul bateau dans la jetée). Encre chinée au lavis."